En une seule frappe, violente et inattendue, le numero six des Bleus a fait taire un stade et répondu à ceux, de plus en plus nombreux, qu'il laisse sur leur faim avec ses prestations internationales. A la demi-heure Pogba récupère le ballon à trente mètres et prend sa chance. Une habitude chez lui puisque c'est la... soixantième fois, sous le maillot bleu, qu'il s'essaie, ainsi, en dehors de la surface. Jusqu'à alors sans succès. Polos Lacoste Pas cher
Mais face à la puissance de sa frappe, les mains de Stekelenburg se transforment en mousse et le ballon finit au fond des filets. Il s'agit de sa septième réalisation en quarante-deux sélections. L'action se suffit a elle-même mais le spectacle vient pourtant seulement de commencer. Pogba ne se lance pas dans une sarabande pour célébrer son but. Il reste immobile, le port altier, semblant naviguer entre la morgue et la satisfaction silencieuse. Comment à cet instant ne pas songer aux postures d'un Cantona, le col relevé en moins, quand il marquait avec Manchester United ? Ou bien à Balotelli, savourant seul sa joie récemment avec Nice. Balotelli, Cantona, deux hommes foncièrement clivant et qui ont multiplié les malentendus avec leur pays. Survetement Lacoste Soldes Une danse avec ses frères Paul Pogba n'en est évidemment pas là. Mais, depuis quelque temps, un malentendu se tissait silencieusement entre lui et le public français. On pardonne beaucoup aux élèves moyens et rien du tout aux surdoués. Un Euro trop moyen et une prestation bien pâle vendredi soir contre la Bulgarie avaient renforcé les doutes. Et il n'est jamais (... Lacoste pas cher
)En pleine affaire des corticoïdes, le champion de France ciel et blanc a reçu de nombreuses récompenses hier lors de la Nuit du rugby. Mais le coeur n'y était pas. Il y a des éclats de rire et, évidemment, ils proviennent de l'infernal duo Dan Carter-Brice Dulin. Dans un salon de l'Olympia, une grande partie de l'effectif du Racing, champion de France la saison dernière, tente de prendre la pose entre deux blagues qui fusent. Le club des Hauts-de-Seine a reçu plusieurs trophées lors de la 13e Nuit du rugby, organisée hier soir par la Ligue. Bien sûr, derrière les sourires, on sent vite poindre les conséquences de l'affaire qui secoue le club depuis vendredi dernier et la publication par « l'Equipe » des taux anormaux de corticoïdes retrouvés dans les urines de trois joueurs (Carter, Rokocoko, Imhoff) au soir de la finale. Jacky Lorenzetti, le président, évoque « un fort sentiment d'injustice ».