S'il est une espèce qui survit encore, mais difficilement, c'est le sanglier ardennais. Entendre par là l'emblème du club fanion du département, le CSSA. Il y a quarante ans justement, Sedan était une référence du paysage footballistique hexagonal, deux fois vainqueur de la Coupe de France et habitué aux places d'honneur en championnat. Déjà menacé de quasi-disparition dans les années 90, le club renaissait au tournant du millénaire, sous l'impulsion d'une génération improbable, parvenue à monter de D3 jusqu'à la première moitié de tableau de L1, disputant une finale de Coupe de France et même la Coupe d'Europe... Passé par les équipes de jeunes du PSG, Sébastien Corchia, 25 ans, affronte le champion de France avec l'ambition d'un joueur récemment appelé en équipe de France. Ralph Lauren pas cher
Le latéral lillois assure que, malgré sa 16e place au classement, le Losc compte bien bousculer Paris. Après un début de saison délicat, votre victoire contre Bastia (2-1) samedi dernier peut-elle avoir valeur de déclic ? SÉBASTIEN CORCHIA. Peut-être. En tout cas, elle nous a fait beaucoup de bien. On se sent mieux, le contenu est meilleur. On a pu travailler sereinement pour préparer ce gros match contre Paris. Dans notre situation, on a besoin de prendre des points. Polo Ralph Lauren pas cher Ce serait bien de commencer une série. Est-ce que le PSG 2016-2017 paraît moins impressionnant ? Personne n'est imbattable mais c'est vrai que, l'année dernière, c'était quand même très compliqué contre eux. Cette saison, cela reste une très grosse équipe mais c'est moins impressionnant. Le départ d'Ibrahimovic leur donne peut-être quelques doutes. Mais on s'attend quand même à un match très difficile. Il y a une stratégie anti-PSG ? On a vu que les équipes qui ont eu des résultats contre eux étaient regroupées et qu'elles ont rapidement joué vers l'avant à la récupération. On aura notre chance, on n'a pas peur. Chemise Ralph Lauren pas cher
Est-on moins inquiet d'affronter Cavani qu'Ibrahimovic ? Il n'y avait pas d'appréhension de jouer contre Ibra et, pour les défenses, jouer contre Cavani est tout sauf un cadeau. Il fait beaucoup d'appels, est toujours à la limite du hors-jeu et use les défenses. C'est un très grand attaquant qui sent bien les coups. En plus, il ouvre des espaces pour ses coéquipiers. Il faut être hyper vigilant tout le temps. « Toute ma tête est occupée par le travail, je ne tire pas de bilan. Après six mois, il sera temps de faire une évaluation.