Unai Emery ne pourra pas repousser indéfiniment l'heure des comptes. Un quart de la saison a déjà filé depuis qu'il a pris ses fonctions (10 matchs de championnat avec 6 victoires, 2 nuls, 2 défaites) et, au moment de se déplacer à Lille, le PSG est toujours à la recherche de certitudes. Au plan comptable, il n'y a plus de temps à perdre pour remplir l'objectif fixé par le coach espagnol : « Etre en tête du championnat le plus vite possible. » Nice recevra Nantes dimanche. Un écart supérieur aux six points actuels serait très difficilement résorbable d'ici la trêve hivernale. Emery préfère ne pas se fixer cette mi-saison comme date butoir pour reprendre la tête. Mais un autre classement, indexé sur celui du groupe de Ligue des champions, amènerait de lourdes remises en question. Sac Longchamp
Après la lune de miel de l'été, l'heure est au (x) doute(s). Paris reste sur un nul (0-0) dans le clasico et des victoires peu convaincantescontre Bâle (3-0) et à Nancy (2-1). Les points chauds sont nombreux : la méforme de Di Maria, les gestes d'humeur de plusieurs cadres, la Cavani-dépendance d'une équipe souvent stéréotypée... Emery, de son côté, doit encore convaincre. A l'extérieur du vestiaire comme à l'intérieur. sac de voyage longchamp pas cher Il va devoir trouver le bon dosage entre sa méthode, exigeante, ses certitudes, et l'ADN d'une équipe qui a grandi ensemble — et sans lui — pendant quatre ans. Trouver aussi l'équilibre entre les deux messages contradictoires qu'il envoie régulièrement. Il répète « exigence » et « travail », affirme que seuls les meilleurs intègrent le groupe et jouent, tout en changeant très peu ses hommes de base pour « maintenir leur confiance ». Après une semaine de travail, et chez un adversaire 16e de L 1 décimé par les blessures, le PSG arrive donc à un tournant. Dans un championnat où (... sac longchamp bandouliere pas cher
)LIGUE 2. Dirigeants et supporteurs affirment désormais leur volonté commune de revenir au stade Bauer. Ce vendredi (20 heures), 5 € sur chaque billet vendu iront au financement participatif pour la rénovation de l'enceinte de Saint-Ouen. Le contexte est totalement différent mais la coïncidence est amusante. A l'heure où le PSG se rabiboche peu à peu avec ses ultras pour ranimer le Parc, de l'autre côté du trottoir, au stade Jean-Bouin, le Red Star a décidé de marcher à son tour main dans la main avec ses plus fervents supporteurs, avec lesquels les relations étaient plutôt fraîches l'an passé.